Navigation – Plan du site
Éléments pour une histoire des études et de la recherche en danse dans l’université en France
Témoignages et chronologies

Le Département Danse de l’université Paris 8 Vincennes Saint Denis : quelques repères

Isabelle Ginot, Mahalia Lassibille, Isabelle Launay, Sylviane Pagès, Julie Perrin et Christine Roquet

Texte intégral

Créer et développer une équipe

  • 1 Voir l’article de Simone Clamens, avec Michel Bernard et Robert Crang dans ce dossier.

11989 :Dans une belle dynamique utopique, et affrontant diverses résistances1, six années avant sa retraite, le philosophe Michel Bernard ouvre un diplôme d’université en Danse (D.U.) à Paris 8 dans une UFR d’Arts et Philosophie avec le soutien de la présidente de l’Université Francine Demichel.

2Le département est dirigé alors par un comité composé d’artistes et chercheurs désireux de soutenir le projet de Michel Bernard, seul universitaire du groupe : Georges Appaix, Stéphanie Aubin, Christian Bourigault, Susan Buirge, Odile Duboc, Hubert Godard, Laurence Louppe, Jean-Marc Matos, Odile Rouquet, Jackie Taffanel, rejoints ensuite par Christine Gérard et Jean Pomarès. Cet élan fondateur met le département au service des artistes : un département nomade, décentralisé, en écho avec les pratiques et les questions artistiques contemporaines. Ce projet va déplacer et rejouer la relation entre le milieu chorégraphique et l’université.

3Trisha Brown, première artiste invitée, l’inaugure avec éclats : dans le cadre des Iles de Danse, elle donne un atelier d’une semaine et quatre conférences en compagnie de Laurence Louppe et Denise Luccioni. Quelques étudiants dont Yannick Marzin et Florence Gamblin aideront à l’administration durant quelques années.

41991 : deux semestres d’université d’été sont organisés à Châteauvallon, avec l’aide de Gérard Paquet.

51992 :Hubert Godard, chercheur en analyse du mouvement, est nommé Maître de conférences par reconnaissance de son parcours professionnel et dirige le département. De 1992 à 1998, il sera le seul enseignant titulaire du département aux côtés de Michel Bernard.

61992 : Anacrouse, l’association des étudiants du département Danse voit le jour et lance la revue Funambule.

71993 : quatre ans après sa création, le D.U. se transforme en une Licence en Danse selon le souhait des étudiants et s’inscrit comme les autres arts au sein des cursus artistiques. C’est le résultat d’efforts soutenus, entre autres, par un trio d’universitaires militant depuis plusieurs années pour la reconnaissance des études en danse à l’université : Michel Bernard, Robert Crang et Simone Clamens (enseignants d’Éducation Physique et Sportive à l’université de Nice).

81994 : Joanna Roy rejoint le département danse en qualité de secrétaire, poste qu’elle devra occuper sur des contrats précaires jusqu’en 2003, année de sa titularisation.

91999 : un studio de danse de 150 m2 est ouvert sur le campus. Durant les dix années précédentes, en l’absence de studio, les étudiants donnaient des cours en échange d’une salle à la Maison de Quartier de la Plaine Saint-Denis. De l’art du troc pour travailler !

102004 : le département signe une convention de coopération avec l'Ecole nationale supérieure d'Architecture Paris Malaquais en 2004 pour un enseignement de trois ans coordonné par Philippe Guérin et Julie Perrin. Les Rencontres chorégraphiques de Seine-Saint-Denis avec de nombreux chorégraphes et le bureau du patrimoine du département sont associés au projet.

112005 : l’équipe de recherche, jusque là accueillie dans l’équipe de Théâtre, s’intègre à l’Équipe d’accueil 1572 « Esthétique, musicologie et création musicale » et devient le laboratoire « Analyses des pratiques et discours du champ chorégraphique ».

122006 : première journée d’études des doctorants organisée par Sylviane Pagès, Julie Perrin et Frédéric Pouillaude. Marina Nordera (historienne de l’université de Nice) et Georgiana Wierre-Gore (anthropologue de l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand) sont invitées.

132008 : Isabelle Ginot ouvre un Diplôme d’Université « Techniques du corps et monde du soin » en partenariat avec l’association A.I.M.E. (Association d’individus en mouvements engagés) puis l’association Dessine moi un mouton, La Briqueterie-CDC du Val-de-Marne, et le service de la Formation Permanente ; ce cursus de formation continue incarne un nouveau pan de la recherche, tournée vers les professionnels, autour des méthodes somatiques et des pratiques de danse et leurs usages dans le monde du soin et du travail social.

142009 : l’université de Vincennes à Saint-Denis fête ses 40 ans. Le département danse a 20 ans. Son identité pédagogique et scientifique est fortement marquée par la tradition de Vincennes, et notamment : l’accueil d’étudiants sur la base de leurs acquis professionnels et non uniquement de leur diplômes antérieurs ; l’ancrage de la recherche dans le travail artistique comme un lieu de production théorique en soi ; l’élaboration d’une recherche et d’enseignements guidés par une pensée critique tournée vers l’analyse des besoins du milieu professionnel.

15Très mobilisé contre la loi LRU, le département Danse ouvre avec l’université de Paris 8, la Ronde infinie des obstiné-e-s en Place de Grève à Paris, rejoints par la majorité des universités françaises. Mille et une heures de marche.

162009 : le département danse s’associe aux formations supérieures en danse. Des conventions sont signées avec le Conservatoire national supérieur de danse de Paris (depuis 2009) et avec le Centre national de danse contemporaine d’Angers (de 2009 jusqu’à la fin du mandat d’Emmanuelle Huynh en juin 2013) : les futurs danseurs professionnels peuvent valider une Licence ou un Master (parcours « création et performance » destiné à la formation Essai du CNDC d’Angers de 2011 à 2013). Plusieurs enseignantes interviennent également dans la formation « ex.er.ce Master études chorégraphiques : recherche et re-présentation » au CCN de Montpellier.

172010 : le site Paris8danse (http://www.danse.univ-paris8.fr) voit le jour, permettant la circulation de nombreux travaux des chercheurs : articles, conférences, mémoires de Master…

182011 : création du Groupe de recherches « Histoire Contemporaine du Champ Chorégraphique en France » à l'initiative de Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès. Quatre journées d’études sont organisées : « Danser en mai 68 » (Micadanses, 2012) ; « Relire les années 1970 – 1. Les corporéités dansantes en France à partir de l'expérience des danseurs » (BnF, 2013), « 2. Les circulations chorégraphiques en France » (Théâtre de la cité internationale, 2013) ; « 3. Les forces militantes : syndicalisme, fédéralisme et critique en danse » (2014).

192012 : création du Groupe de recherches « Soma & Po : Somatiques, esthétiques, politiques » à l'initiative d'Isabelle Ginot. Membres fondateurs : Marie Bardet, Carla Bottiglieri, Joanne Clavel, Isabelle Ginot, Beatriz Preciado, Violeta Salvatierra. Soma & Po travaille à partir des pratiques somatiques et dansées, selon trois axes : esthétique, politique, épistémologie, et privilégie des démarches de recherche-action.

202012 : création du Groupe de recherches « La critique en action : regards de l'art et regards sur l'art », qui reçoit le soutien du Labex Arts - H2H, dirigé par Isabelle Ginot, Emmanuelle Huynh et Anne Kerzerho, coordonné par Myrto Katsiki, Jennifer Lacey et Ninon Prouteau.

21Différents enseignants titulaires constituent progressivement et successivement l’équipe. Des maîtres de conférences : Hubert Godard de 1992 à 2013, Isabelle Launay de 1998 à 2008, Isabelle Ginot de 1999 à 2007, Christine Roquet à partir de 2003, Julie Perrin de 2008, Sylviane Pagès de 2010, Mahalia Lassibille de 2013. Des professeurs des universités : Michel Bernard de 1989 à 1995, Isabelle Ginot à partir de 2007, Isabelle Launay de 2008.

Enseigner et chercher = expérimenter

22En philosophie, Michel Bernard ouvre un séminaire programmatique durant six ans sur les « Sources, matériaux et mécanismes de l’écriture chorégraphique ». Ce premier moment est centré sur une approche philosophique de la « corporéité en danse ». D’autres philosophes enseigneront par la suite, Frédéric Pouillaude sur la notion d’œuvre en danse, Marie Bardet sur le concept de mouvement et de représentation, Katharina Van Dyk sur la notion d’extase.

L’analyse du mouvement et des techniques du corps et de la danse prend une place centrale à partir de 1991, avec Hubert Godard, Roland Platel, puis avec Christine Roquet, Dominique Praud, Simon Hecquet, Dominique Brun, Anne Collod, Elisabeth Schwartz, Emmanuelle Lyon, Angela Loureiro… La réflexion sur le travail du danseur, son expressivité, ses modes d’entraînement et ses styles d’interprétations est aussi marquée par la création d’une Licence professionnelle en analyse du mouvement en partenariat avec le Centre national de la danse (2002-2003). À l'initiative d'Isabelle Ginot, cette réflexion se poursuit aujourd’hui avec un focus sur les techniques du corps dites « somatiques », sur leur pertinence dans le monde du soin et dans divers contextes sociaux (en particulier au sein du D.U. « Techniques du corps et monde du soin » depuis 2008).

L’histoire de la danse et l’analyse des œuvres chorégraphiques est un troisième axe ouvert par Laurence Louppe dès 1990, puis enseigné par Isabelle Ginot, Isabelle Launay, Julie Perrin, Laetitia Doat, ou encore Denise Luccioni et Annie Suquet : les œuvres Giselle, Le Sacre du printemps, ou les Accumulations de Trisha Brown sont notamment l’objet de séminaires de recherche collectifs. Isabelle Ginot développe la pratique et la théorisation de l’analyse d’œuvres. Les premiers « Ateliers du regard » sont donnés par les étudiants en 1998 au Centre culturel Aragon de Tremblay-en France.

Un travail et une réflexion critique sur les systèmes de transcription du mouvement sont menés continûment grâce à Jacqueline Challet-Haas, Dany Lévêque, Marion Bastien, Noëlle Simonet, Romain Panassié, Marie Glon, Axelle Locatelli et surtout Simon Hecquet (Maître de conférences associé durant un an et qui enseigne durant une dizaine d’années).

L’histoire de l’art et de la musique dans leurs dialogues avec la danse est prise en charge par Laurence Louppe, Hervé Gauville, Sigrid Pawelke, Armando Menicacci, Gianfranco Vinay. En 2002, Armando Menicacci ouvre le Laboratoire Médiadanse avec Emanuele Quinz et Andrea Davidson qui y dispensent pendant presque dix ans des ateliers de création de vidéodanse après Marie-Françoise Garaudet. Jacques Hoepffner enseigne la vidéodanse depuis 2009.

L’anthropologie de la danse s’introduit progressivement dans les enseignements, depuis 2006 avec Mahalia Lassibille (qui rejoint le département en 2013) et Isabelle Clair du CNRS, accompagnant des études de « terrains » des étudiants.

Des collègues étrangers viennent enseigner : Mark Franko de New-York, Christine Greiner de Sao Paulo, Andrée Grau de Londres, Sylvie Fortin et Silvy Panet-Raymond de Montréal.

23De nombreux artistes sont invités à enseigner : Stéphanie Aubin, Brigitte Asselineau, Christian Bourigault, Susan Buirge, Georges Appaix, Anne Collod, Fabienne Compet, Odile Duboc, Christine Gérard, Christophe Haleb, Latifa Laabissi, Jennifer Lacey, Joris Lacoste, Xavier Le Roy (2013-2015 dans le cadre de sa résidence au Théâtre de la cité internationale), Anne-Karine Lescop (Maître de conférences associée en 2003), Cécile Louvel, Julie Nioche, Laurent Pichaud, le Quatuor Albrecht Knust, Jeanne Revel, Fabrice Ramalingom, Hervé Robbe, Jackie Taffanel, Pascale Tardif, Mark Tompkins, Loïc Touzé, François Verret, Gyohei Zaitsu…

Dominique Brun, Dominique Dupuy, Martin Kravitz, Sophie Lessard, Isabelle Marteau, Michèle Rust, Didier Silhol, Karin Waehner donnent des cours techniques et ateliers réguliers.

Cécile Proust dirige des ateliers sur les performances féministes ; la philosophe Beatriz Preciado donne des cours théorico-performatifs sur la construction du genre et crée le premier atelier drag king dans une université française

Les thèses soutenues

241993 : première thèse soutenue au département par Michèle Febvre devenue ensuite Directrice du département Danse à l’UQAM (université de Montréal), Danse contemporaine et théâtralité.

251994 : Isabelle Launay, À la recherche d'une danse moderne, Rudolf Laban et Mary Wigman ; Jackie Taffanel, L'Atelier du chorégraphe.

261995 : Catherine Thomas, Danse contemporaine : le hasard comme processus de création.

271996: Patricia Abdou El Aniou, Les Problèmes de la conceptualisation de l'art chorégraphique ; France Dhotel, Problématique de la place de la musique au sein d'une composition chorégraphique contemporaine.

281997 : Isabelle Ginot, Dominique Bagouet, un labyrinthe dansé.

291998 : Aurore Desprès, Travail des sensations dans la pratique de la danse contemporaine. Logique du geste esthétique ;

302000 : Hélène Marquié, Métaphores surréalistes dans des imaginaires féminins. Quêtes, seuils et suspensions; souffles du surréel au travers d'espaces picturaux et chorégraphiques. Parcours dans les œuvres de Leonora Carrington, Leonor Fini, Dorothea Tanning, Martha Graham.

312001 : Agnès Brocardi, Africanité et brasilianité de la capoeira : vers une pratique transversale.

322002 : Christine Roquet, La Scène amoureuse en danse. Codes, modes et normes de l’intercorporéité dans le duo chorégraphique.

332003 : Andrea Davidson, Les Enjeux du numérique en danse : pour une chorégraphie interactive ; Armando Menicacci, La Création et la pédagogie en danse face aux technologies. Expériences, réflexions, propositions ; Joëlle Vellet, Contribution à l'étude des discours en situation dans la transmission de la danse. Discours et gestes dansés dans le travail d'Odile Duboc.

342005 : Julie Perrin, De l’espace corporel à l’espace public.

352009 : Sylviane Pagès, La Réception des Butôs en France depuis 1978, représentations, malentendus et désirs ; Sanja Andus L’Hôtellier, Les Archives Internationales de la Danse (1931-1952), un projet inachevé.

362010 : Federica Fratagnoli, Les Danses savantes indiennes à l’épreuve de l’Occident ; Patrick Acogny, Les Techniques des danses africaines et leur expansion en France.

372013 : Paola Braga, Des corps écrits : spectacles chorégraphiques biographiques et représentations du corps dansant ; Laetitia Doat, Voir une danse. Décrire et interpréter Isadora Duncan, première thèse dite « de création ».

38Aujourd’hui, 24 doctorats sont en cours, sur l’histoire de la danse contemporaine, classique ou jazz, sur l’esthétique, sur les méthodes somatiques, la critique, la dramaturgie, le patrimoine… dans certains cas en co-tutelle avec d’autres universités à l’étranger ou en co-direction (avec la philosophie, le cinéma, la musique). Depuis sa création, le laboratoire aujourd’hui dénommé « Analyse des pratiques et des discours en danse » de l’EA 1572 « Esthétique, musicologie, danse et créations musicales » a bénéficié de huit allocations de recherche de doctorat, auxquelles s’ajoutent les bourses d’autres pays pour certains étudiants étrangers.

En 1989, le département comptait une vingtaine d’étudiants. Aujourd’hui, 150 étudiants environ sont inscrits en Licence 3, Master ou Doctorat. Ils viennent de nombreux pays du monde.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Simone Clamens, avec Michel Bernard et Robert Crang dans ce dossier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ginot, Mahalia Lassibille, Isabelle Launay, Sylviane Pagès, Julie Perrin et Christine Roquet, « Le Département Danse de l’université Paris 8 Vincennes Saint Denis : quelques repères », Recherches en danse [En ligne], 1 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://danse.revues.org/644

Haut de page

Auteurs

Isabelle Ginot

Articles du même auteur

Mahalia Lassibille

Isabelle Launay

Articles du même auteur

Sylviane Pagès

Julie Perrin

Articles du même auteur

Christine Roquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

association des Chercheurs en Danse

Haut de page
  • Logo aCD
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Les cahiers de Revues.org